06 78 05 39 76 sophrolille@gmail.com

La sophrologie

En quelques mots

La sophrologie est avant tout une expérience à vivre.

Le mot « Sophrologie » a été créé en 1960 par le Professeur Alfonso Caycedo, le concepteur de la méthode, à partir de trois racines grecques :

  • « sos » : exempt de maladies, équilibre, harmonie.
  • « phren » : diaphragme, âme affective et par extension, esprit, conscience.
  • « logos » : Science, étude, discours.

La sophrologie est un ensemble de techniques et de méthodes à médiation corporelle.

C’est une pratique qui vise la conquête ou le renforcement de l’équilibre entre nos émotions, nos pensées et nos comportements.

Au croisement de la relaxation occidentale et de la méditation orientale, adaptée à notre culture, elle permet de découvrir de nouvelles ressources en nous-mêmes et d’améliorer notre qualité de vie.

Outil de gestion des stress quotidiens, méthode pour se construire un projet existentiel, c’est une discipline qui étudie la conscience humaine, une philosophie pour vivre en harmonie et se connaître.

Les principes fondamentaux
  • Vivre plus « réellement » le schéma corporel, habiter le corps quel que soit l’état de santé ou l’âge et conquérir l’harmonie physique et psychique grâce à la prise de conscience corporelle.

 Le schéma corporel recouvre la représentation mentale du corps, son « dessin », ses sensations, formes, volumes, posture, etc.
  • Renforcer l’action positive, développer les éléments favorables du passé, du présent, de l’avenir afin de mieux en utiliser tous les potentiels.
 Toute action « positive » dirigée vers notre corps ou vers notre mental à une répercussion « positive » sur notre être tout entier. Sa répétition provoque un « effet boule de neige » sur toute la personne.
  • Apprendre à voir « plus lucidement », plus objectivement, développer réalisme et efficacité dans l’action. Vivre davantage dans la situation présente, là où nous nous trouvons, nous adapter de façon appropriée aux différentes situations et satisfaire, au mieux, l’expression de nos propres besoins.
L'approche phénoménologique

Ces trois principes fondamentaux s’alimentent, entre autres, à la phénoménologie telle que Husserl, le premier, a pu la définir.

Il s’agit d’une méthodologie d’étude de la conscience humaine, différente de celle de Descartes, qui s’attache à la manifestation de la chose même, pour accéder à la révélation de la vérité.

Il s’agit de revenir au phénomène, et non à son apparence, sans jugement, sans a priori, de vivre ainsi une attitude plus juste, et plus positive, à l’égard des événements qui se produisent dans la vie humaine.

Pour le sophrologue, pour celui qui avance sur le chemin de la sophrologie, Bernard Santerre donne ces mots : l’attitude phénoménologique consiste donc à se mettre à l’écoute du sujet pour répondre aussi justement que possible à sa demande.

Les indications

 de la sophrologie

L’un des premiers champs actuels d’application de la sophrologie est lié au stress que génère notre mode de vie. Cet état de tension, lorsqu’il devient permanent, aboutit à de nombreuses pathologies que la pratique de la sophrologie peut prévenir.

Cette démarche préventive concerne de façon particulière les entreprises, notamment dans les politiques de prévention des risques psycho-sociaux.

Les autres indications de la sophrologie sont nombreuses :

  • Dans le domaine pédagogique par le travail sur la mémoire, l’amélioration de l’apprentissage et de la concentration, la préparation à un événement (examen par exemple) elle offre des ressources éprouvées.
  • Dans le domaine prophylactique (prévention de la maladie) elle accompagne dans les situations de stress et de souffrance, les suites opératoires, la prévention du vieillissement, la préparation à la maternité et à la parentalité. Elle est une aide appréciée dans les sevrages.
  • Dans le domaine sportif (auquel elle doit sa médiatisation) elle a sa place tant pour la préparation que la concentration, la créativité que la récupération.
  • En entreprise, elle répond à une demande certaine de gestion du stress et des conflits, prévention des T.M.S., accompagnement du travail posté et de la fatigue
  • Elle peut, aussi, accompagner et augmenter l’efficacité d’un traitement thérapeutique, et non s’y substituer.
  • La sophrologie contribue, d’une manière générale, au mieux-être de la personne dans sa globalité psychologique, physique et sociale, notamment grâce à de meilleurs rapports à soi et aux autres.
La sophrologie d’inspiration caycédienne

Toute sophrologie, et aussi celle qu’enseigne et pratique l’ISH, est caycédienne par essence. Le professeur Caycedo, psychiatre, concepteur de la méthode dans les années 60, en a posé les fondements inaliénables.

Cependant, l’attitude et le discours du Professeur Caycedo se sont peu à peu radicalisés vis-à-vis de ses collaborateurs qui ne partageaient pas ses choix techniques ou théoriques, ou qui posaient simplement des questions jugées « dérangeantes ».

Cette position a amené à une rupture de certaines écoles qui avaient été précédemment officialisées par le fondateur de la sophrologie.

Ces écoles, regroupées, ont créé la Fédération des Écoles Professionnelles de Sophrologie à laquelle adhère l’I.S.H., et continuent d’enseigner la sophrologie dans sa forme initiale. Vous trouverez toutes les informations concernant la F.E.P.S. ici.